Le marché anglo-saxon des abeilles

Ailleurs dans le monde anglo-saxon, surtout aux États Unis, le marché des nichoirs d'abeilles maçonnes (mason bees) et même des abeilles tapissières (leafcutter bees) est assez développé.

Abeilles maçonnes sont moins connues en France.
Abeilles maçonnes v. Mason bees

Il y a aussi un marché de cocons ; des chasseurs de cocons qui piègent ces abeilles sauvages pour revendre les cocons aux entreprises d'e-commerce et magasins de jardinage et il y a au moins trois grands réseaux de jardiniers qui échangent leur surplus de cocons pour les tunnels en cartons et roseaux propres. A leur tour, ces cocons sont achetés par les nouveaux initiés à la valeur de ces abeilles.

osmia-lignaria-blue-orchard-bee-400x400
Osmia lignaria - l'abeille maçonne la plus populaire aux États-Unis

Les abeilles solitaires ne sont pas seulement vues comme assurance dans le cas d'une catastrophe avec les abeilles à miel. Les arboriculteurs et producteurs de fleurs et légumes ont aussi compris la valeur potentielle de ces super-pollinisateurs.

Selon plusieurs études, 250 à 600 Osmies (femelles) par hectare d'arbres fruitiers, sont capables de faire au moins la même qualité de pollinisation que de deux ruches d'abeilles à miel (de 20,000 à 60,000 abeilles). Les arboriculteurs commencent à être sérieusement intéressés. Quelqu'un a même estimé qu'aux États Unis, il y aura une demande potentielle pour deux milliards de cocons par an, pour satisfaire les agriculteurs.

Par contre il faut que les arboriculteurs soient bien éduqués et conseillés : le modèle économique et industriel des Apiculteurs n'est pas à copier. Ce serait une erreur de croire que les avantages, paramètres et risques associés avec l'Osmiculture sont identiques à celles de l'Apiculture.

Les-abeilles-mort-de-faim-dans-les-tunnels
Quand les abeilles maçonnes ne sont pas gérées correctement elles peuvent fréquemment mourir avant même d'émerger.

Également, hors des réseaux commerciaux et grâce à Internet il y a les amateurs de potagers ou 'permaculture' qui pensent et partagent l'idée qu'il est très facile de couper du bambou ou de percer des blocs de bois, sans faire plus. Malheureusement en toute naïveté, cela peut engendrer une réduction de la population locale des abeilles solitaires.

Quel est le rapport avec une futur situation en France ?

Nos abeilles sont déjà sous pression et menacées par un habitat naturel sévèrement réduit. Il faut que nous agissions correctement. Si nous approchons le sujet sans comprendre le cycle de vie et l'écologie des prédateurs spécifiques de ces Osmies et autres abeilles solitaires, nous risquons de faire empirer la situation. Dans un marché non-développé en France, il y a déjà des exemples de nichoirs d'abeilles vendus :

  • Sans les instructions adéquates (comme des produits flous des hôtels d'insectes),
  • Sans les dimensions adéquates,
  • Avec des tunnels non-accessibles après la phase de nidification (bambou ou bois percé), et
  • Construits avec des matériaux nuisibles à l'accroissement des populations.

Par pression commerciale et sans en être conscients, au lieu de repeupler ces abeilles, ces fournisseurs (les grande surfaces) et leurs acheteurs, sont en train de stagner, et même parfois avoir un effet destructeur sur les populations locales.

Comment correctement aider les abeilles solitaires ?

2 réflexions sur « Le marché anglo-saxon des abeilles »

  1. Bonjour, j’ai dans l’idée de construire un hôtel à insectes au sein de mon potager (production de légume et de fruit) ayant comme motivation principale la sauvegarde des abeilles solitaires (avec le bénéfice de la polonisation) et la lutte biologique des pucerons.
    J’ai planté il y a 2 an des bambous pour avoir des tuteurs de grande hauteur (culture haricots à rames) et j’avais l’intention de les utiliser pour la fabrication mon hôtel à insecte.
    Pourquoi vous ne préconisez pas l’utilisation du bambou?

    1. Bonjour
      C’est très simple – avec le bambou on ne peut pas facilement inspecter les nids à la fin de l’année et éliminer les insectes (mouches, guêpes chalcidiennes, coléoptères et acariens) qui parasitent votre population. Par exemple, une étude en Allemagne à démontré qu’il y a 27 prédateurs et parasites dans l’écologie d’une seule espèce Osmia rufa/bicornis …et ça c’est une seule espèce parmi une dizaine qui nichent hors sol.
      Chaque année les personnes qui pratiquent l’Osmiculture trouvent entre 10 à 60% des tunnels impacté par ces parasites, donc l’idée est de les éliminer pour garder votre population d’abeilles en bonne santé et surtout de ne la pas anéantir en faisant un élevage de nuisibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.