L’efficacité des abeilles solitaires en tant que pollinisateurs

Voici les raisons fondamentales pour lesquelles les abeilles natives et solitaires sont très efficaces en tant que pollinisateurs. Quand elles sont présentes en quantité, elles ont un potentiel considérable pour la pollinisation commerciale :

  • Leur focus est le pollenosmia-cornuta-pollen - le pollen représente la source de protéine pour le corps de la larve et l'abeille. Avec leur cycle annuel, le temps de développement et hibernation pour l'abeille solitaire est en moyenne de 44 semaines avant qu'elle vole, exigeant une énorme quantité de cette nourriture.  Pour les larves des abeilles à miel, c'est moins de 4 semaines.
  • Morphologie du Scopa - la quantité de pollen que l'abeille a besoin de récolter, exige que le transfert du pollen entre fleur et nid, soit très rapide. Au lieu de passer du temps à coller le pollen humide mélangé avec le nectar, sur leurs pattes arrières, plusieurs espèces d'abeilles solitaires - incluant les Osmies - transportent le pollen sec et l’enclave rapidement contre leurs poils durs et fourchus, sous leur abdomen (le Scopa). Il est plus facile de l'enlever dans le nid en le ratissant vers l'arrière, scopa-pollen-inefficacitevers le stock de pollen accumulé. Pour l'arboriculteur, le côté positif est que ce schéma de transport est relativement inefficace. Une étude a estimé que 10% du pollen va arriver au nid.  Le reste va tomber et devenir poussière.  Une autre étude a constaté que dans 97% des contacts avec les bourgeons, le pollen était transféré.
  • Motivation - En travaillant pour elles-mêmes (et pas pour une reine), les abeilles solitaires sont souvent actives à basses températures, pendant les temps pluvieux et à faible luminosité. Pour certaines abeilles solitaires comme les Osmies, leur activité totale  de pollinisation commence à des températures de 12-14°C, idéales pour les premiers arbres fruitiers en fleurs à partir de Mars.
  • Action locale - l'abeille solitaire femelle volera dans un périmètre assez proche de son nid (des dizaines ou centaines de mètres selon l'espèce). En laissant son tunnel grand ouvert pour chercher de la nourriture, elle court les risques de kleptoparasites (surtout les mouches parasitaires), de perdre son dernier stock de pollen ou pire son nid aux concurrents. L'avantage de ce comportement est que l'action d'une population peut être localisée dans les vergers de cultures spécifiques et être étroitement administrée et surveillée.
  • Vitesse - avec son appétit pour le pollen, les challenges des parasites et des concurrents, les Osmies volent très rapidement.
  • Changement de fleurs - une étude a montré qu'en cherchant le maximum de pollen, les Osmies changeaient de fleurs quatre fois plus que les abeilles à miel.
  • Visites de fleurs - combiné avec sa vitesse, les changements de fleurs et son périmètre d'activité concentré sur de très courtes distances, l'Osmia femelle peut visiter jusqu'à 2,000 bourgeons par jour.
  • Synchronisation - étant le patrimoine naturel de la ferme, les abeilles solitaires sont présentes et compatibles avec les conditions locales et le climat local et leur émergence est synchronisée avec les variétés de fruits régionaux de la ferme.
  • L'absence de signaux chimiques - l'abeille à miel est une espèce très évoluée. Pour l'efficacité de leur colonie, les travailleuses laissent des signaux chimiques sur les fleurs pour dire aux autres que le nectar a déjà été butiné. Pour les abeilles moins évoluées étant solitaires, ce mécanisme de communication est absent.  Par conséquent une visite par une abeille solitaire ne va pas dissuader l'attention des autres.

> Leur potentiel pour la pollinisation commerciale...